02-01-2022 Blessures sportives

Comment faire la différence entre une sciatique et un syndrome pyramidal ?

Comment faire la différence entre une sciatique et un syndrome pyramidal ?
  • Facebook Icon
  • Twitter Icon
  • Whatsapp Icon
Rédaction
Par Rédaction
Equipe de rédaction

Quelle est la différence entre la différence entre la sciatique et le syndrome pyramidal ? Voici l'une des questions les plus fréquemment posées dans les centres de physiothérapie par les coureurs amateurs. En principe, il s'agit d'une blessure qui est souvent confondue et qui retarde donc les périodes de récupération en raison d'un traitement inadéquat.

Lorsque nous souffrons de sciatique (sciatique vraie), les principaux symptômes se manifestent même en dessous du genou. C'est-à-dire des fessiers ou du bas du dos jusqu'à la zone du mollet. Mais c'est difficile de détecter la lésion sur une radiographie ou avec un test de conduction nerveuse.

La clé pour différencier les différentes sources de douleur est de palper la zone affectée. Le mieux étant de le faire chez un spécialiste. Il doit pouvoir sentir un petit déplacement en torsion avec blocage de l'articulation sacro-iliaque. Pour diagnostiquer la lésion, le mieux est de s'allonger par terre, face contre terre. Si le pied situé dans la zone affectée effectue une rotation vers l'extérieur plus importante que l'autre pied, il s'agit d'une sciatique.

Syndrome pyramidal

Le syndrome du piriforme ou syndrome piriforme est une blessure qui consiste en une surcharge du muscle du même nom. Cela entraîne une douleur aiguë dans la zone fessière qui peut renvoyer la douleur au membre inférieur, sans descendre sous le genou.

La fonction de ce muscle est d'une importance capitale à chaque foulée. Lors d'une contracture du muscle piriforme, la douleur empêche de courir. Or, le rétablissement peut prendre jusqu'à plusieurs semaines. Lorsque nous courons, surtout avec de longues foulées et sur un terrain accidenté, on produit une grande tension dans la colonne vertébrale jusqu'à la jambe. Si la tension est excessive, le sacrum peut être surchargé, bloquant l'articulation et produisant une douleur intense. La sensation est comme si à chaque foulée vous aviez un coup de fouet dans les fesses. Plus la foulée est large, plus la douleur est forte. C'est une sensation de brûlure qui augmente lorsque la personne blessée passe plusieurs heures assise. Or, on ne doit pas confondre cette blessure avec la sciatique.

Dans le cas de la sciatique, la douleur peut aller du dos jusqu'aux orteils. C'est une douleur diffuse tandis que dans le syndrome pyramidal, la douleur est concentrée dans la fesse.

Qu'est ce qui provoque cette blessure ?

Il y a plusieurs causes du syndrome pyramidal. Outre un entrainement excessif ou une foulée trop large et forcée, la principale cause du syndrome pyramidal est la position assise prolongée. Nous reconnaîtrons la blessure par la douleur lorsque nous courons, mais aussi parce que la douleur revient lorsque nous restons assis pendant longtemps.

Peut-on prévenir le syndrome pyramidal ?

Il faut faire des étirements et des exercices pelviens avant et après chaque séance d'entraînement. À la salle de sport, vous pouvez également renforcer la zone fessière. Utilisez des chaussures adaptées qui absorbent bien les chocs. Malgré la tendance des chaussures minimalistes, il est important d'avoir des chaussures de running avec un amorti suffisant pour minimiser l'impact à l'atterrissage. Surtout chez les coureurs qui talonnent. Et enfin, acquérir une bonne technique de course vous permettra d'adapter votre foulée aux différents types de terrain.

Comment soigner le syndrome pyramidal ?

Pour commencer, il faut s'arrêter de courir !

  • Arrêtez tout exercice qui provoque une douleur dans la zone.
  • Appliquez de la glace pendant 20 à 25 minutes, toutes les 3 ou 4 heures, pour réduire l'inflammation du muscle.
  • Suivez un traitement physiothérapeutique manuel. Le professionnel fera un massage de la zone affectée.

Le professionnel essaiera de faire tourner le sacrum dans le bon sens en fonction de la torsion. Le massage de la zone cherchera à produire un relâchement du fascia. Le physiothérapeute essaiera ensuite d'étirer lentement le fascia restreint. Avant la manipulation, il est très important d'étirer le muscle et les rotateurs externes de la hanche. Après le traitement, il est généralement recommandé d'appliquer une pommade chauffante sur la zone le matin et une chaleur sèche le soir.

Rédaction

Rédaction

Equipe de rédaction

Une équipe composée de journalistes et de professionnels du running. Si vous souhaitez que nous écrivions sur un sujet particulier, contactez-nous!